N°9 : où en sont les travaux de modernisation du stade Roland-Garros?

Dans l’histoire de la modernisation du stade Roland-Garros, l’épisode qui se joue actuellement est l’un des plus palpitants. Pour mener à bien, en un temps record, la renaissance du court Philippe-Chatrier si emblématique, le calendrier de cette phase 3 est réglé comme du papier à musique.

Le court Philippe-Chatrier

Cinq grandes grues s’activent depuis la fin du tournoi 2018 au-dessus du Philippe-Chatrier. Grâce à elles, un nouveau stade s’élèvera bientôt à la place de l’ancien. Pour ce faire, une aire de stockage des matériaux a été aménagée à l’emplacement du court 3 et un atelier d’assemblage de poteaux en acier se trouve à l’entrée du site, boulevard d’Auteuil. À mesure qu’ils sont prêts, l’une des grues les soulève et les installe à la périphérie du court, pour constituer progressivement sa charpente métallique. Ceux qui soutiendront les futures cabines télé sont déjà en place. « Plusieurs tâches sont menées de front, explique Gilles Jourdan, directeur du projet de la modernisation du stade Roland-Garros. Tandis qu’on pose par endroit les poutres crémaillères et les poteaux métalliques, ailleurs on a fixé des tirans pour maintenir les fondations, avant de couler la dalle qui recouvrira les sous-sols. » En effet, quand d’un côté, les travaux prennent de la hauteur, de l’autre ils se déroulent à 8 mètres de profondeur, au fond de l’immense trou, creusé entre les deux murs de soutènement coulés dans le sol lors des phases précédentes de travaux. Par ailleurs, 80% de la reconstruction fait appel à des éléments préfabriqués. 1120 modules de 4 mètres de gradins sont par exemple en cours de fabrication dans une usine à Reims : acheminés par camion, ils seront montés en quelques semaines. Une efficacité à toute épreuve.

Court Philippe-Chatrier

Reconstruction du court Philippe-Chatrier © Christophe Guibbaud / FFT 2018

Le court Simonne-Mathieu

À l’autre extrémité du stade, enfin, côté Jardin des Serres d’Auteuil, l’activité des pelleteuses n’est en revanche plus qu’un vieux souvenir : le nouveau court Simonne-Mathieu est achevé, ses quatre serres ont accueilli leurs premières plantes et la surface de jeu est en cours de réalisation pour que les premiers matchs puissent s’y disputer en 2019. Les travaux de scénographie des nouvelles serres du court Simonne-Mathieu seront réalisés par les services de la ville de Paris ou ses prestataires jusqu’en novembre.

Court Simonne-Mathieu

Le court Simonne-Mathieu © Christophe Guibbaud / FFT 2018

Le fonds des Princes

À quelques encablures à l’ouest, le Fonds des Princes est aussi en pleine ébullition : les opérations de fondation et de terrassement, préalables à la construction de 6 nouveaux courts, exigent de creuser d’autant plus que des bacs de rétention d’eau prendront place sous les terrains. Nouvelle zone de compétition, le Fonds des Princes offrira aux joueurs et au public d’importantes capacités de jeu et d’accueil. Si, déjà, la mise en service du nouveau court 14, avec ses 2 200 places, a marqué l’édition 2018 du tournoi, la création de deux terrains d’entrainement et de quatre nouveaux courts avec tribune va permettre de finaliser pour 2019 l’agencement de ce secteur-clé.

Le Fonds des Princes

Zone du Fonds des Princes en pleine métamorphose  © Christophe Guibbaud / FFT 2018

Dernières actualités voir toutes les actualités